il faut parfois être bien courageux pour emprunter son deux roues à pédales pour se rendre à la gare. Très peu de pistes cyclables, des garages à vélos non couverts, peu de considération pour ce mode de circulation douce, pourtant un des seuls moyens grenello-compatible complétant les dessertes de bus.

Alors que des centaines de milliers d'euros ont été dépensés pour réaliser un parking souterrain pour les voitures à proximité immédiate de la gare de Sartrouville, par exemple, le parc à vélos affiche complet, signe qu'une réorientation des budgets s'annonce nécessaire..

On peut espérer que très vite, des extensions seront réalisées sur Houilles et Sartrouville, peut-être même, rêvons un peu, que l'idée de faire une toiture un peu plus large, permettant de récupérer son vélo avec une selle et un siège porte-bébé secs donnerait un confort supplémentaire qui permettrait de convaincre les personnes hésitantes à franchir le pas du passage aux deux roues non motorisés.

Et, comble du rêve, imaginons la décision de couvrir le parc à vélo d'une toiture végétalisée simple, comme cela était montré lors de la Journée de l'écologie au quotidien à Houilles le 26 septembre dernier, cela permettrait de tamponner un volume d'eau important lors des orages et de restituer un peu de fraicheur lors des périodes de canicule.

Bref comment, à faible coût, un parking pourrait contribuer à lutter contre l'effet béton, multiplicateur de canicule et de crue subite suite à des orages. On peut rêver, mais on peut aussi faire changer les choses,

Prenez votre avenir en main, rejoignez la BOUCLE VERTE... par BrunoB