Les bouteilles plastique représentent entre 1 et 2% du contenu de nos poubelles. Cela peut paraître négligeable. Simplement, il s'agit d'un déchet qui peut facilement être évité, l'eau du robinet est potable, surveillée, sûre biologiquement et pas chère au regard du prix parfois délirant de l'eau en bouteille. Les distributeurs d'eau de source pourront s'adapter avec, par exemple, le retour des consignes à l'instar de ce qui se passe dans certains pays frontaliers.

Chaque tonne de bouteille plastique évitée représente l'équivalent du double ou du triple en pétrole lorsque l'on prend en compte la production et le transport, une économie de carbone pas si négligeable que cela en fin de compte. De plus la production d'un litre d'eau en bouteille nécessite de trois à sept litres d'eau. Le recyclage du plastique n'est pas neutre et son incinération dégage des dioxines. A cela s'ajoute les contraintes de la manipulation des packs d'eau, leur achat requérant aussi souvent l'usage de la voiture pour faire les courses et son poids financier dans le panier de la ménagère, un ensemble de raisons pour essayer une consommation plus responsable.

La BOUCLE VERTE soutient cette initiative et invite l'ensemble des enseignes de distribution à réfléchir à la question et à proposer des solutions crédibles et innovantes. La prise de conscience progressive du consommateur risque de marquer la fin du tout jetable. "Acheter un emballage qui va permettre de conserver de l'eau seulement quelques jours, même en le jetant dans un bac pour les produits recyclables n'est pas soutenable écologiquement. Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas." rappelle la BOUCLE VERTE.

Par Bruno B