Durant plus d’un mois, Carlos Lopes a noué auprès d’autres élus les contacts nécessaires afin d’expliciter les contraintes liées à la pose de capteurs solaires et aux objectifs de l’installation, de sorte que la décision finale puisse être prise en connaissance de cause.

Grâce à lui, j’ai pu rencontrer plusieurs élus de la commune afin d’expliquer ces contraintes, le fait que parfois le nombre de solutions est limité, que la réalisation d’un système solaire combiné (production d’eau chaude sanitaire et de chauffage) implique certaines obligations, en particulier le fait d’incliner fortement les capteurs solaires afin de garantir efficacité, fiabilité et durabilité de l’installation.

Face à ce type de projet, pose de capteurs solaires sur un mur et donc largement visibles, la question fondamentale était de choisir entre efficacité énergétique et préservation de l’unicité architecturale. Carlos a su faire pencher la balance du bon côté, celle des énergies renouvelables.

Le 30/12/09, nous nous sommes rencontrés, Carlos Lopes, l’adjoint chargé de l’urbanisme Thierry Micor et moi-même. L’ensemble des documents que je lui avais transmis avaient été lus et appréciés. Il n’y avait plus qu’à cueillir le fruit mûr… A l'issue de cette réunion, aucune acceptation explicite n’a été formulée mais juste une action conclusive : déposer un nouveau dossier auprès des services techniques avec signature garantie dans la foulée…

Conclusion : En ce qui concerne les solutions écologiques, à chaque besoin correspond un certain nombre de solutions, rarement une seule. Chacune d'elles comporte un volet technique relativement important. Même écologiste, les élus ne peuvent être omnipotents, au fait des avantages, inconvénients et contraintes des solutions. Il est donc nécessaire de faire la preuve des solutions envisageables auprès des décideurs.

Carlos a su transmettre à la commission urbanisme les connaissances nécessaires à l’appréciation de ma demande.

Grand merci à lui !